Traduction assermentée

Traduction assermentée

Lorsque vous devez remettre un document traduit à un organisme officiel, comme une administration publique, un notaire ou une compagnie d’assurances, il est souvent nécessaire de faire certifier la traduction. De même, les documents officiels qui sont destinés à l’étranger doivent souvent être traduits par un traducteur/une traductrice assermenté(e). Parmi ces documents, nous pouvons citer les actes de naissance, actes de mariage, actes de décès, actes de divorce, diplômes, contrats, jugements, assignations, statuts, extraits de registres communaux ou de la Chambre de Commerce.

Vous pouvez vous adresser à DaVinci Vertalingen pour une traduction assermentée. Le document traduit est muni par le traducteur assermenté d’un tampon et d’une signature et il est accompagné d’une déclaration stipulant que la traduction est une reproduction fidèle et précise du texte figurant dans le document source joint. Vous délivrez ce document source (ou une copie lisible) par E-mail ou par courrier. Vous recevez toujours la traduction par courrier : en raison du caractère officiel, les traductions assermentées ne peuvent pas être envoyées par voie numérique.

Seuls les traducteurs assermentés peuvent délivrer une traduction assermentée. Aux Pays-Bas, les traducteurs sont assermentés par un tribunal. Leur signature est ensuite déposée auprès de ce tribunal (ou auprès de plusieurs tribunaux). En outre, les traducteurs assermentés sont inscrits au registre des traducteurs et interprètes assermentés.

Une traduction assermentée n’est pas par définition une meilleure traduction ! Le fait qu’un(e) traducteur/traductrice se soit fait assermenter n’offre aucune garantie formelle quant à la qualité. De nombreux traducteurs excellents ont justement choisi de ne pas se faire assermenter, car cela est inutile dans leur domaine. Pour une bonne traduction, une assermentation n’est donc pas nécessaire. # Légalisation et apostille Lorsque la traduction assermentée est destinée à être utilisée à l’étranger, celle-ci devra dans de nombreux cas être légalisée. Il s’agit d’une procédure complexe à laquelle vous devez consacrer le temps nécessaire. Le tribunal vérifie et valide en premier lieu la signature du traducteur, qui est ensuite légalisée par le ministère de la Sécurité et de la Justice des Pays-Bas. Ensuite, le ministère des Affaires étrangères légalise la validation du ministère de la Sécurité et de la Justice et pour finir, vous faites légaliser l’ensemble auprès de l’ambassade ou du consulat du pays auquel est destiné le document.

Vous trouverez plus d’informations sur la légalisation de documents sur le site Web de l’administration d’État néerlandaise.

Dans de nombreux cas, la procédure de légalisation citée ci-dessus peut être écourtée et remplacée par la pose d’une apostille. Depuis 1961, s’applique la “Convention supprimant l’exigence de la légalisation des actes publics étrangers”, bien connue également sous le nom de “Convention Apostille”. Lorsque votre traduction assermentée est destinée à un pays ayant signé la Convention Apostille, le cachet apostille du tribunal auprès duquel le traducteur/la traductrice assermenté(e) est inscrit(e), est suffisant.

Vous trouverez plus d’informations sur la Convention Apostille sur le site des Conventions du ministère des Affaires étrangères néerlandais.